Quand Vulog voit encore plus grand. Six nouveaux projets et trois mois, un combo parfait pour la société niçoise, qui permet de continuer son expatriation à travers le monde. En 2018, ce spécialiste des technologies de mobilité partagée* a donc lancé 12 grands projets d’autopartage dans le monde, dont la technologie équipe désormais des services de véhicules partagés dans 25 villes et 5 continents.
Et 6 ont éclos en l’espace de 3 mois.

Outre le lancement de nouveaux projets en Europe (250 véhicules électriques à Oslo avec GreenMobility et 300 à Stockholm avec Aimo), d’autres ont permis à Vulogde mettre un pied aux Etats-Unis et en Chine.
D’abord, le groupe PSA s’est appuyé sur la technologie de Vulog pour lancer son premier service d’autopartage Free2move à Washington D.C en octobre 2018. Il s’agit d’une flotte de 600 véhicules disponibles dans la capitale américaine. Vulog annonce également sa présence à Los Angeles de par sa collaboration avec Dashee concernant ses scooters électriques. Et, un troisième grand projet verra le jour sur la côte est des Etats-Unis avant la fin de l’année 2018.

>> Lire aussi Patrick Pélata intègre le conseil d'administration de Vulog

En Chine, Vulog collabore désormais avec Dongfeng Motor Group et PSA pour assurer une nouvelle fois le déploiement des activités d’autopartage de Free2move à Wuhan. Plus de 300 véhicules électriques sont ainsi disponibles et 3 000 le seront d’ici fin 2019.

Selon l'entreprise niçoise, avec des bureaux à Toronto, San Francisco, Shanghai, Paris et Nice, Vulog réalise désormais 90 % de son activité commerciale à l’international. L’entreprise a été nommée au classement Deloitte Technology Fast 500™ EMEA et figure également au palmarès Tech Tour Growth 50, qui recense les 50 entreprises européennes affichant un taux de croissance annuel supérieur à 100 % et dont la valeur se situe entre 100 millions et un milliard de dollars.


*Sa plateforme SaaS permet aux constructeurs automobiles comme aux loueurs de concevoir des services d’autopartage