Communiqué. ZF Friedrichshafen AG a atteint ses objectifs au premier semestre 2018 : le chiffre d'affaires a atteint 18,7 milliards d'euros et le bénéfice d'exploitation (BAII - EBIT) ajusté se situe autour de 1,1 milliard d'euros. En parallèle, ZF est parvenu à réduire ses dettes résultant de l'acquisition de TRW. De plus, l'entreprise a considérablement augmenté ses investissements en immobilisations corporelles ainsi que ses dépenses en recherche et développement.

« La forte croissance organique, de l'ordre de 8 %, montre que nous proposons des produits adaptés aux marchés mondiaux, » déclare Wolf-Henning Scheider, le PDG de ZF. « Nous avons enregistré une importante croissance, notamment en Chine et aux États-Unis, où nous avons connu un développement supérieur à la moyenne du secteur, en particulier sur le segment des véhicules de tourisme. »

Les ventes ont toutefois été freinées par l'appréciation de l'euro, particulièrement face au dollar américain mais également face à d'autres devises. Le chiffre d'affaires du groupe intègre le chiffre d'affaires des quatre premiers mois de l'année de la division Global Body Control Systems, vendue par ZF au printemps 2018. En tenant compte des répercussions du taux de change et de la cession de cette entité, la croissance du chiffre d'affaires affichée sur le bilan financier avoisine les 2 %.

ZF est parvenu à réduire sa dette financière brute d'environ 450 millions d'euros. Dans le même temps, l'entreprise spécialisée en technologie a augmenté ses investissements dans le développement des technologies de demain : ZF a dépensé 1,1 milliard d'euros en recherche et développement, principalement en matière de conduite autonome, d'électromobilité et de sécurité active et passive. L'entreprise a investi 500 millions d'euros en immobilisations corporelles.

« Malgré une réduction importante de la dette et des investissements très conséquents pour l'avenir, nous avons atteint notre objectif fixé à environ 6 % de bénéfice », explique le Dr Konstantin Sauer, directeur financier de ZF. « Pour le deuxième semestre 2018, nous nous focaliserons essentiellement sur la qualité des bénéfices. »

ZF fait preuve d'un optimisme modéré concernant le second semestre de l'année. La baisse prévue de la demande en véhicules de tourisme sur les marchés d'Amérique du Nord et d'Asie-Pacifique peut vraisemblablement être compensée par les forts taux de croissance du secteur des véhicules utilitaires. En Europe, l'industrie automobile continue de se développer de manière positive, grâce aux opportunités et aux défis que font émerger les évolutions technologiques. Enfin, l'Amérique du Sud connaît une forte croissance, mais elle part de très loin.

« Même si les conditions se durcissent au deuxième semestre, notamment en raison de la détérioration du libre-échange, nous maintenons nos prévisions, » affirme le directeur financier de ZF, le Dr Konstantin Sauer. Sur l'ensemble de l'exercice 2018, ZF prévoit un chiffre d'affaires consolidé  de l'ordre de 36,5 milliards d'euros. La marge d'exploitation (BAII - EBIT) s'élèverait à 6 % et le cash flow disponible devrait dépasser le milliard d'euros.